Nice en Carte Postale Anciennes



La carte postale est un moyen de correspondance écrite qui se présente sous la forme d’un morceau de papier cartonné rectangulaire, de dimensions variables (le format le plus courant est le format A6, soit 10,5 × 14,8 cm), envoyé traditionnellement sans enveloppe, l’adresse et l’affranchissement y étant porté directement, aux côtés du message. À partir de 1900, les cartes postales deviennent illustrées. Si l’Angleterre fut le berceau du timbre-poste (en 1840), l’Autriche fut celui de la carte postale. Le docteur Heinrich von Stephan, directeur-général des Postes et principal initiateur de l’Union postale universelle, propose, en 1865, et ce, pour la première fois, un mémoire sur la carte postale, à la conférence postale de Karlsruhe. L’idée n’est pas reprise tout de suite et il faut attendre le , à Vienne, pour que le professeur Emmanuel Hermann convainque l’administration postale autrichienne de l’intérêt de ce support.

Apparition de la carte postale en France en 1870.

En 1870, La Société de secours aux blessés militaires des armées de terre et de mer, future Croix-Rouge internationale émet une carte pour permettre la communication interne entre les comités locaux de cette société. Le , la ville de Strasbourg, assiégée par l’armée du général Von Werder, refuse toujours de se rendre. Le comité strasbourgeois de la Société de secours aux blessés, qui possède un stock de ces cartes, propose au général prussien de laisser les blessés et les assiégés communiquer avec leur famille. Le général accepte. Les cartes sont affranchies d’un timbre prussien de 6 Kreuzer. Ce courrier sera censuré à Karlsruhe, puis transitera par Bâle !

Les premières cartes postales à circuler en France sont transmises par deux administrations étrangères, allemande et suisse, et sont affranchies avec un timbre prussien. Le , la loi de finance, sur proposition du député Louis Wolowski, introduit en France de façon officielle la carte postale. L’utilisation de la carte postale officielle n’intervint, en France, que le . Deux types de cartes postales furent d’abord mis en vente dans les bureaux de poste. L’une, de couleur jaune, affranchie à 10 centimes, était destinée à circuler à découvert en France et en Algérie, dans l’intérieur d’une même ville, ou dans la circonscription d’un même bureau. L’autre, affranchie à 15 centimes, pouvait circuler de bureau à bureau. La seule illustration (si l’on peut dire) de cette carte postale officielle est une frise de 4 mm d’épaisseur, encadrant la partie réservée à l’adresse du destinataire et portant le timbre d’affranchissement et les indications administratives. Le public fit à cette première carte un accueil favorable. Sept millions d’exemplaires s’écoulèrent en une semaine.

Jusqu’en 1875, la carte postale est restée un monopole de l’administration des postes, ce qui ne signifie pas que des commerçants et des industriels n’en aient pas fait usage, à titre publicitaire, avant cette date. Dès 1873, les magasins À la Belle Jardinière font reproduire, au recto des cartes officielles, de petites illustrations en noir et blanc, des gravures représentant leurs immeubles de la rue du Pont-Neuf, à Paris. La carte postale acquiert rapidement ses lettres de noblesse : ainsi, lors de l’Exposition universelle de 1889, une carte dessinée représentant la tour Eiffel sera vendue à 300 000 exemplaires. Le Marseillais Dominique Piazza semble être le premier à avoir commercialisé, en France, des cartes comportant une reproduction de cliché photographique en 1891 : le procédé d’impression est peut-être la typogravure (ou similigravure), et reste cher, de même que la phototypie, encore balbutiante. Dès 1892, d’autres villes du sud de la France la côte d’azur emboîtent le pas, suivies de Paris. Cependant, les cartes photographiques imprimées restent excessivement rares avant 1897 du fait des coûts de fabrication et des difficultés techniques inhérentes aux procédés photomécaniques alors en pleine mutation : le rendu est « sale », les contrastes pauvres et souvent peu lisibles. C’est à cette époque que l’imprimeur Neurdein va éditer des cartes pour chaque ville importante de France, et qu’Albert Bergeret, dès 1898, va produire des cartes illustrant l’Est de la France.

La carte postale ancienne reste un support incontournable pour la mémoire de lieux, de bâtiment, de village, Nice regorge d’un fond remarquable de carte postale ancienne, sur les rues, les monument, les boulevards, sans oublié la pêches et les traditions, les plus belle reste les scène animées, au travers de cet album nous pouvons voir les changement au fil des années que subit une ville comme Nice.

Album de carte postale ancienne

 La Promenade des Anglais avec l’Hôtel Négresco certainement vers 1900 – 1910