Le carnaval de Nice

Le carnaval de Nice est le plus grand carnaval de France et l’un des plus célèbres du monde. Il se déroule chaque hiver à Nice, au mois de février durant deux semaines incluant trois week-end, et attire plusieurs centaines de milliers de spectateurs.
Le premier écrit le relatant date de 1294 par le comte de Provence, Charles II duc d’Anjou qui « vient passer les fêtes de carnaval, dans sa bonne ville de Nice ». Aux XIVe et XVe siècles, le carnaval est avant tout une fête populaire. À la Renaissance, les grands bals et mascarades carnavalesques étaient menés dans les rues étroites de la cité alors qu’au XVIIIe siècle, l’influence du carnaval vénitien favorise les bals masqués.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, Nice devient la « capitale de la villégiature hivernale ». Le corso carnavalesque se déroule principalement sur « le Cours », haut lieu de la vie mondaine. En 1871, le chaos parisien engendré par la Commune fit peur aux riches hivernants appartenant à la noblesse. Afin de promouvoir la ville de Nice et de montrer la sérénité qui y règne, un comité des fêtes fut créé en 1873. Celui-ci érigea le carnaval en véritable spectacle, puis organisa des concours de défilés de chars, mascarades et cavalcades pour le Mardi Gras.

Deux grands artistes niçois, Alexis Mossa et son fils Gustav-Adolf Mossa, furent tour à tour ou ensemble « Ymagiers du Roy ». Ils sont les véritables pères spirituels de Sa Majesté Carnaval et sa Cour. Alexis Mossa créa les premiers albums de carnaval qui serviront de modèle au carnaval de La Nouvelle-Orléans. Il réalisera le premier char de Sa Majesté Carnaval en 1882 et lui adjoindra Madame Carnaval en 1893.

L’influence symboliste de Gustav-Adolf Mossa affleure et lui inspire des personnages issus des cultures gréco-latines et populaires qui dépeignent, au gré de sa fantaisie, les événements locaux ou internationaux. Dramaturge et scénographe d’un univers à la fois satirique et merveilleux, d’une grande richesse et variété, il donne à l’art carnavalesque ses lettres de noblesse et fait de Nice une cité majeure dans le monde de la fête.

Le 14 février 1882, le traditionnel pantin de paille et de chiffon qui restait immobile sur la place de la Préfecture se transforma en un pantin royal défilant comme ses homologues. En 1892 apparut, pour la première fois à Nice, sous le nom de « confetti de Paris », le confetti moderne, en papier, qui avait été lancé l’année précédente au carnaval de Paris. Jusqu’à 1892, seul avait été utilisé au carnaval de Nice, le confetti en plâtre, appelé également « confetti italien ». Utilisé, parallèlement au confetti en papier, il sera finalement interdit à Nice, en 1955.

À la Mi-Carême à Paris 14 mars 1912, un cortège formé de groupes et chars du Carnaval de Nice défile dans la capitale en même temps que deux autres cortèges carnavalesques 1. Le Petit Journal a voulu marquer son demi-siècle d’existence en invitant le Carnaval de Nice à Paris. Cinq chars niçois sont là : S. M. Carnaval XXXX, la Rascasse, le Carnaval, les Gardiens du Louvre et la Vie chère2. Le char des Gardiens du Louvre fait référence au célèbre vol de la Joconde, qui a eu lieu l’année auparavant. Le char est tiré par un âne en cartonnage coiffé de la célèbre tiare de Saïtapharnès, un faux acheté comme authentique par le Louvre en 18963.

Le carnaval n’a pas échappé aux événements de l’histoire. Les première et seconde guerres mondiales ont, bien évidemment, joué les trouble-fêtes en empêchant le roi de sortir. En 1914 et 1939, les carnavals qui avaient pour thème « Persée sur Pégase » et « Roi de la Joie et du Rire » se sont déroulés normalement, tandis qu’en 1915 et 1940, le carnaval a été annulé. Le thème laissait paraître alors une curieuse ironie en étant respectivement « Roi des Fous » et « Sire de la Folie ». Cette prémonition s’est de nouveau réalisée en 1991 en annonçant un roi qui n’est jamais sorti, un autre « Roi des Fous » et cela en raison des risques d’attentats dus à la guerre du Golfe.

Depuis un demi-siècle, des manifestations traditionnelles accompagnent le carnaval. À cette période fut créé le bain du carnaval devenu le « Carnastring » et plus tard, d’autres activités comme la course des garçons de café (« Carnacourse »), et la « Carnasocca » (dégustation du plat traditionnel niçois, la socca). Un comité se réunit depuis une trentaine d’années, sous la présidence d’une personnalité afin d’élire la reine du carnaval et ses dauphines. La reine qui ouvrira chaque bataille de fleur sur son char aura alors la charge de représenter cette fête lors de voyages officiels.

En 1985, le carnaval de Nice eut pour thème le « Roi de la pub ». Jean Oltra et Gaspare Di Caro, organisent durant ce carnaval, le premier festival de la Commedia dell’Arte. Gaspare Di Caro en 1986 pour le carnaval « Roi des villes du monde » organise les premiers rapprochement entre le carnaval de Nice et ceux de Venise et Viarregio.

En 1994, le carnaval de Nice eut pour thème « Le roi des Arts » et fit intervenir pour la première fois les artistes de l’« École de Nice » : Arman, Ben, Jean-Claude Farhi, Claude Gilli, Patrick Moya, Théo Tobiasse etc. En 2000, un tournant s’effectua en faisant appel à Sergueï, dessinateur au journal Le Monde qui dessina les chars des corsi et des batailles de fleurs. La même année, l’Éducation nationale et l’OCCE œuvrèrent avec l’office du tourisme et des congrès de Nice sur une action pédagogique ayant pour thème le carnaval. Ainsi, mille écoliers (deux mille en l’an 2000) suivirent le roi en danse et en chanson. S’ensuivit en 2002, année du passage à l’euro, le « Roi de l’Euroland ». Un appel fut lancé aux dessinateurs des plus grands journaux internationaux pour devenir ymagiers le temps d’un carnaval. Ainsi, le carnaval reste une tribune d’expression sur les maux actuels de notre société.

De 2005 à 2008, toutes les manifestations eurent lieu sur la promenade des Anglais en raison des travaux et du passage du tramway. Ce changement de millénaire a également entraîné une amélioration des chars qui inclut désormais des technologies et des matériaux nouveaux ainsi que la collaboration de sculpteurs. En 2007, les nouveautés incluent la gratuité des promenoirs, la création d’une zone d’animations ludiques dans le jardin Albert-Ier (funambules, maquilleurs et cerfs-volants), ainsi que la présence de 160 carnavaleurs qui jouent les trublions de la fête. En 2009, le carnaval fit son retour sur la place Masséna4. Un écran géant et les traditionnelles tribunes furent installés pour l’occasion sur la place.